Et votre moral ? Parlons-en

Culture - 05/09/2019

La prise en charge de l’urticaire chronique spontanée comprend plusieurs étapes essentielles : d’abord le dermatologue vous explique la maladie (« hyperexcitabilité » des mastocytes), vous aide ensuite à repérer les facteurs aggravant ou favorisant les crises puis vous prescrit un traitement. Mais son rôle ne s’arrête pas là : il va en effet évaluer aussi le retentissement de l’urticaire sur votre moral.

Quel lien entre l’urticaire chronique spontanée et le moral ?

L’urticaire chronique spontanée est une maladie chronique, nécessitant un suivi spécifique au long cours. Elle affecte une partie du corps visible et jugée importante dans la vie relationnelle, la peau. Les démangeaisons, les angiœdèmes ou les plaques d’urticaire peuvent entraîner un sentiment d’exclusion ou de perte de confiance en soi, avec des conséquences personnelles et socio-professionnelles qui viennent s’ajouter aux désagréments causés par la maladie elle-même, aux troubles du sommeil, etc.

Tout cela contribue à la création de stress ou d’anxiété, voire de syndrome dépressif. Certaines études ont montré que près de la moitié des personnes atteintes d’urticaire chronique présentent de l’anxiété, un syndrome dépressif ou des troubles émotionnels.

Si cette association entre stress, anxiété et/ou syndrome dépressif et urticaire chronique est établie, le sens de cette relation reste encore inconnu : l’urticaire est-elle la cause du stress ou du syndrome dépressif ou l’une de ses conséquences?  En revanche, s’il n’est pas démontré de relation entre la gravité de l’urticaire et celle d’un état anxieux ou dépressif, il semble que la présence d‘une dépression peut aggraver les démangeaisons.

Il est bien établi aussi que l’urticaire chronique altère la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes et de façon encore plus marquée quand il existe des angiœdèmes.

Toutes ces données expliquent que votre dermatologue vous posera des questions sur votre moral et évaluera sans doute avec vous ce que vous pensez de votre qualité de vie depuis que votre urticaire est apparue.

Des solutions existent-elles ?

Il ne faut donc pas hésiter à parler de vos préoccupations, doutes et angoisses avec les professionnels qui vous suivent. Les recours ne manquent pas et ils sauront vous proposer les solutions les mieux adaptées à votre cas.

Si vous présentez des troubles du sommeil générateurs d’anxiété, un traitement anti-histaminique  à effet sédatif, qui agit sur l’urticaire mais « endort un peu » peut vous êtes prescrit pour le soir. Il réduira les démangeaisons nocturnes et améliorera votre sommeil.

Il se peut que le soutien psychologique apporté par les médecins qui vous suivent puisse vous rassurer, mais si le stress est très important, la relaxation, des thérapies cognitivo-comportementales seront parfois nécessaires. Si vous souffrez d’anxiété importante ou de dépression caractérisée, votre médecin traitant ou votre dermatologue vous conseillera peut-être de consulter un psychiatre car un traitement spécifique peut être indiqué.

Dr Roseline Péluchon